Odetta et  le Blues, la féminité, au service du mouvement de la défense des droits civiques aux USA dans les années 60 .

Odetta et le Blues, la féminité, au service du mouvement de la défense des droits civiques aux USA dans les années 60 .

12 décembre 2016

La chanteuse folk américaine Odetta, avant tout connue pour ses interprétations de negro spirituals, devint pour un grand nombre, aux États-Unis, la voix du mouvement pour les droits civiques, au début des années 1960. Née le 31 décembre 1930 à Birmingham, en Alabama, Odetta Holmes part vivre à Los Angeles avec sa mère après la mort de son père, en 1937. Elle prend des cours de chant dès l’âge de treize ans et obtient un diplôme de musique classique au Los Angeles City College. Si elle a pu entendre les airs du Sud profond durant son enfance, ce n’est qu’en 1950, lors d’un séjour à San Francisco, qu’elle commence à être sensible à la musique folk naissante et à se tourner vers ce style. Elle apprend très vite à jouer de la guitare et interprète des chants traditionnels. Sa voix riche, à la tessiture étendue, profondément expressive, donne toute son ampleur au métissage entre folk, blues, ballades et negro spirituals qui la caractérise.

À la fin des années 1950 et au début de la décennie suivante, Odetta continue à enregistrer des albums folk – même si ces 33-trois tours ne rendent pas pleinement justice à son talent. Sa musique et son engagement politique s’inscrivent dans le mouvement de défense des droits civiques et, le 28 août 1963, elle chante lors de la marche sur Washington menée par Martin Luther King. Le déclin du mouvement et de l’intérêt pour la musique folk réduit inévitablement le public d’Odetta, qui n’arrête pas pour autant de se produire. Le président Bill Clinton lui décerne en 1999 la National Medal of Arts, plus haute distinction américaine dans le domaine artistique, tandis que la bibliothèque du Congrès lui octroie en 2003 le titre de Living Legend. En 2008, elle parcourt les États-Unis, apportant son soutien à la campagne présidentielle de Barack Obama. Odetta meurt le 2 décembre 2008, à New York.

Son répertoire musical se compose principalement de musique folk américaine, de blues, de jazz, et de spirituals. Elle est une des références de la musique folk des années 1950 et 1960, et a influencé beaucoup d’artistes, comme Bob Dylan, Joan Baez et Janis Joplin.Image de prévisualisation YouTubeodetta-2

Comments closed