Si les Yéyés m’étaient conté cette semaine Danny Boy nous parle de Vince Taylor

29 mars 2009

Vince Taylor, de son vrai nom Brian Maurice Holden, né le 14 juillet 1939 à Londres (Angleterre) et mort le 27 août 1991 à Lutry (Suisse), est un chanteur de rock britannique qui a fait l’essentiel de sa carrière en France. Très populaire dans les années 1960, il est l’auteur du titre Brand New Cadillac, qui sera repris par de nombreux groupes dont The Clash en 1979. Il est surnommé « l’Archange noir du rock ».

En 1950, sa famille décide de quitter l’Angleterre pour les États-Unis. Ils s’installent dans le New Jersey, puis à Hollywood. Il rêve de devenir aviateur mais ne peut y parvenir. Il se lance donc dans la chanson, très influencé par Elvis Presley, à qui il ressemble d’ailleurs un peu. Il retourne tenter sa chance à Londres.

Vince Taylor se produit sur scène vêtu d’un costume de cuir noir, copié sur celui de Gene Vincent, qui lui donne une allure de mauvais garçon. Il porte aussi une grosse chaîne en or autour du cou. Il est fréquemment accompagné par Brian Bennett et Tony Sheridan.

Après quelques apparitions à la télévision, il enregistre son premier disque en 1958 chez Parlophone : I Like Love / Right Behind You Baby. Il est accompagné par le groupe The Playboys composé de Johnny Vance (basse), Alan Le Claire (piano), Bob Steel (lead guitar) et Tony Harvey et Bobbie Clarke (batterie). Leur nom n’apparaît que sur le deuxième 45 tours de Vince Taylor en 1962 : Pledgin’ My Love avec en face B la seule composition de Vince, qui le rendra enfin célèbre : le mythique Brand New Cadillac. En 1960, il tourne en Angleterre avec Eddie Cochran, Gene Vincent, Tommy Steele et Billy Fury. Puis il remplace Gene Vincent lors d’un concert à Calais. Il fera dès lors l’essentiel de sa carrière en France.

Eddy Barclay le découvre lors d’un concert de rock anglais à l’Olympia et l’engage aussitôt. Vince Taylor y enregistre les tubes d’Elvis Presley, Eddie Cochran, Chuck Berry, Little Richard, Johnny Kidd et les fait découvrir au public français. Barclay sort le disque 25cm Le Rock C’est Cà. Ses interprétations de titres comme Twenty Flight Rock, Memphis Tennessee ou Shakin’ All Over sont parfois plus sauvages que les originaux. Son look et ses concerts qui se transforment chaque fois en émeute lui font une réputation de « bad boy » du rock français dont il patira beaucoup. Bien que très populaire auprès du public, ses disques se vendent mal.

Le second groupe de Vince, Le Bobbie Clarke Noise (1965), comprend Alan Bugby (basse), Johnny Taylor (guitare), Bobbie Clarke, Stash (percussions) et Ralph Danks (lead guitar). Ils font la première partie des Rolling Stones à l’Olympia. À noter l’enregistrement du 30 cms Vince… ! en 1965 avec ce groupe dans lequel on peut entendre un époustouflant solo de batterie de près de 7 minutes de Bobbie Clarke (qui partira cette même année pour fonder son propre groupe, le Bobbie Clarke’s Band). Faussement en public, il sera réédité plus tard débarrassé de ses cris et applaudissements factices. Ce disque sera pratiquement son dernier enregistrement. Les maisons de disques comme les patrons de salles ne veulent plus de lui, et il tombe en pleine déprime. Le reste de carrière n’est plus qu’une longue déchéance agrémentée de nombreux come-back plus ou moins réussis.

En 1983, il consent finalement à se retirer avec sa famille à Lutry en Suisse, où il meurt à 52 ans d’un cancer des os.

( extrait de WIKIPEDIA)

Comments closed